Enseignement des langues vivantes étrangères et régionales

Mis à jour le 05-07-2017Imprimer

maj 06/04/2017
Code Education L.121-3, L312-9-1 à L. 312-11-1,, D.312-16 à D.312-23
 A. du 09/11/2015 (horaires)
A. du 09/11/2015 (programmes)
C. 2006-093 du 31/05/2006
C.2017-072 du 12/04/2017

Pour le SNUipp-FSU, la maîtrise d'une ou plusieurs langues étrangères est indispensable à la formation des citoyens du XXIème siècle. Si les cursus étudiants devraient à terme assurer les compétences langagières des enseignants des écoles, une formation spécifique à la didactique de l'enseignement des langues est indispensable. L'efficacité de cet enseignement - particulièrement pour les activités de productions langagières - suppose un travail régulier en petits groupes.

Organisation

La maîtrise de la langue française et la connaissance de deux autres langues font partie des objectifs fondamentaux de l'enseignement.

Tout élève bénéficie dès le début de la scolarité obligatoire de l'enseignement d'une langue vivante étrangère. Dans chaque académie peut être favorisé l'apprentissage des langues étrangères parlées dans les pays avec lesquels des accords de coopération sont en vigueur. Une continuité des apprentissages de langues vivantes étrangères doit être assurée entre le primaire et le collège.

Outre les langues qui leur sont dispensées les élèves peuvent bénéficier d'une initiation à la diversité linguistique. Les langues parlées dans les familles peuvent être utilisées à cette fin.

Les langues et cultures régionales appartenant au patrimoine de la France, leur enseignement est favorisé prioritairement dans les régions où elles sont en usage. 

Cet enseignement sapplique au basque, breton, catalan, corse, créole, gallo, l'occitan-langue d'oc, langues régionales d'Alsace, langues régionales des pays mosellans, tahitien, aux langues mélanésiennes ainsi qu'au wallisien et au futunien.

L'enseignement facultatif de langue et culture régionales est proposé dans l'une des deux formes suivantes :

1. Un enseignement de la langue et de la culture régionales ;
2. Un enseignement bilingue en langue française et en langue régionale.

Les familles sont informées des différentes offres d'apprentissage des langues et cultures régionales.

Comprendre, s'exprimer en utilisant une langue étrangère et le cas échéant une langue régionale

Le cycle 2 est le point de départ de l'enseignement des langues étrangères et régionales qui doit faire acquérir aux élèves le niveau A1 des compétences langagières orales (écouter/prendre part à une conversation/s'exprimer oralement en continu) du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

En français, le rapprochement avec la langue vivante étudiée en classe permet de mieux ancrer la représentation du système linguistique : comparaisons occasionnelles avec le français, sur les mots, l'ordre des mots, la prononciation. La rencontre avec la littérature est aussi un moyen de donner toute leur place aux apprentissages culturels, en utilisant la langue étrangère ou régionale aussi bien que le français (albums bilingues...).

Le travail dans plusieurs autres enseignements, en particulier l'éducation musicale ou encore l'éducation physique et sportive, contribue à sensibiliser les élèves à la dimension culturelle. Ce cycle contribue à poser les jalons d'un premier développement de la compétence plurilingue des élèves. La langue orale est la priorité. Elle s'organise autour de tâches simples, en compréhension, en reproduction et progressivement en production. Un premier contact avec l'écrit peut s'envisager lorsque les situations langagières le justifient. C'est dans ce cycle que se développent, en premier lieu, des comportements indispensables à l'apprentissage d'une langue vivante étrangère ou régionale : curiosité, écoute, attention, mémorisation, confiance en soi. Développer ces comportements, acquérir des connaissances prioritairement à l'oral, exercer son oreille aux sonorités d'une nouvelle langue sont les objectifs de cet enseignement qui doit tenir compte de l'âge, des capacités et des centres d'intérêt des élèves. L'enseignement et l'apprentissage d'une langue vivante, étrangère ou régionale, doivent mettre les enfants en situation de s'exercer à parler sans réticence et sans crainte de se tromper. Ce sont la répétition et la régularité, voire la ritualisation d'activités quotidiennes qui permettront aux élèves de progresser. Le travail sur la langue est indissociable de celui sur la culture.

Au cycle 3, l'enseignement de la langue vivante étrangère ou régionale vise l'acquisition de compétences et de connaissances qui permettent l'usage plus assuré et plus efficace d'une langue autre que la langue française.

Les activités proposées ne se limitent pas au niveau A1 car le niveau A2 peut être atteint par un grand nombre d'élèves dans plusieurs  activités langagières.  Les niveaux A1 et A2 du CECRL correspondent au « niveau de l'utilisateur élémentaire ». En passant de A1 à A2, les élèves quittent « le niveau de découverte » pour entrer dans le « niveau intermédiaire». Il convient de garder à l'esprit l'âge des élèves du cycle 3 dans le choix des contenus culturels et linguistiques.

Des connaissances linguistiques et des connaissances relatives aux modes de vie et à la culture du ou des pays ou de la région où est parlée la langue confortent cet usage. C'est l'exposition régulière et quotidienne à la langue qui favorise les progrès des élèves ; son utilisation en contexte donne du sens aux acquisitions. Un début de réflexion sur le fonctionnement de la langue permet aux élèves d'acquérir une certaine autonomie dans la réception et dans la production et renforce la maitrise du langage. Indissociable de l'apprentissage de la langue, l'élargissement des repères culturels favorise la prise de conscience de certaines différences, développe curiosité et envie de communiquer. Les contacts avec les écoles des pays ou des régions concernés, les ressources offertes par la messagerie électronique, l'exploitation de documents audiovisuels contribuent à découvrir des espaces de plus en plus larges et de plus en plus lointains et à développer le sens du relatif, l'esprit critique, l'altérité.

Horaires d'enseignement et contenus pédagogiques

Le volume horaire est de 54 heures par année scolaire à l'école élémentaire, soit 1h30 par semaine. La durée recommandée pour les séquences d'enseignement est de 2 fois 45 minutes par semaine. Les compétences devant être acquises en fin de scolarité élémentaire font l'objet d'une certification de niveau A1 du cadre européen commun de référence pour les langues dans les 5 domaines : réagir et dialoguer ; comprendre à l'oral ; parler en continu ; lire ; écrire.

Voir Ressources pour les langues vivantes aux cycles 2, 3 et 4Voir ressources pour l'évaluation

Personnels habilités
Les enseignants

C. 2001-222 du 29/10/2001

Depuis la réforme de la formation des enseignants, tout enseignant nouvellement recruté est réputé habilité à enseigner une langue vivante, même si ce n'est qu'à partir de la session 2012 qu'une certification de compétences en langues de l'enseignement supérieur (CLES 2) sera exigible pour l'obtention du concours.

Des dispositifs d'habilitation perdurent occasionnellement.

Il existe encore des conseillers pédagogiques en langue vivante.

Les intervenants extérieurs agréés

D. 86-83 du 17/01/1986

C. 2001-209 du 18/10/2001

Les intervenants appelés à enseigner les langues vivantes ont la qualité d'agents non titulaires de l'état. Ils sont recrutés pour une durée de 12 mois et ils effectuent un service hebdomadaire de 18 heures. Toutefois, ils peuvent être recrutés pour une durée inférieure à un an et leur service hebdomadaire peut être inférieur à 18 heures. Leur rémunération indexée sur la valeur du point d'indice est fixée par arrêté et proratisée le cas échéant. Leurs frais de déplacement peuvent être pris en compte à partir de la commune où s'exerce la majorité du service. Leur habilitation se fait comme pour les enseignants.

Les politiques de réductions de postes ont touché en premier lieu les intervenants extérieurs agréés rémunérés par l'administration. Très peu restent en fonction.

Les assistants en langue

Les assistants étrangers sont de jeunes étudiants, régulièrement inscrits dans les universités de leur pays d'origine, qui remplissent les conditions requises et dont la candidature a été déclarée recevable par le ministère de l'éducation nationale. Ils sont affectés pour une période qui s'étend du 1er octobre au 30 avril de l'année suivante. Leur position administrative est assimilée à celle des agents temporaires de l'état employés sous contrat à durée limitée. Leurs obligations de service sont de 12 heures par semaine.

Voir Rémunération des assistants étrangers E-1-4

La commission académique sur l'enseignement des langues vivantes étrangères

Code Education D.312-24 à D.312-28

Cette commission est présidée par le recteur et comprend un IA-DASEN, le directeur de l'ESPE ou son représentant, 2 IA-IPR, un IEN, un principal de collège et un proviseur, 4 représentants du personnel (un pour le 1er degré public, 2 pour le second degré public, 1 pour le privé), 3 parents d'élèves (2 pour le public et un pour le privé), un représentant des lycéens, 6 représentants des collectivités et 2 représentants du comité économique et social.

La commission se réunit au moins 2 fois par an ; elle veille notamment à la diversité, à la cohérence et la continuité des parcours de langues proposés et peut faire des propositions en terme de carte scolaire.

Le conseil académique des langues régionales

Code Education D.312-33 à D.312-39

Dans les académies figurant sur une liste fixée par arrêté, un conseil académique des langues régionales veille au statut et à la promotion des langues et cultures régionales dans l'académie, dans toute la diversité de leurs modes d'enseignement. Il s'attache à favoriser l'ensemble des activités correspondantes.

Ce conseil est consultatif.

Le conseil académique des langues régionales est composé pour un tiers des représentants de l'administration, pour un tiers des représentants des établissements scolaires et des associations de parents d'élèves mentionnées ci-après au 2°, pour un tiers des représentants des collectivités de rattachement et des mouvements associatifs et éducatifs ayant pour objet la promotion de la langue et de la culture régionales.

Le recteur d'académie fixe le nombre des membres du conseil académique des langues régionales et procède à leur nomination pour une durée de trois ans.

Enseignement bilingue à parité horaire

C. 2001-167 du 05/09/2001A. du 12/05/2003

Un enseignement bilingue en langue régionale à parité horaire peut être créé dans les académies dans lesquelles un conseil académique des langues régional a été créé.
L'enseignement est dispensé pour moitié en langue régionale et pour moitié en français, mais aucune discipline et aucun champ disciplinaire ne peut être enseigné exclusivement en langue régionale.
Toute création d'un site bilingue doit au préalable s'assurer de l'existence d'une demande parentale, et recueillir l'avis de la collectivité locale. Une concertation doit s'engager avec l'ensemble des partenaires, enseignants, parents, municipalité et les objectifs clairement explicités.
La décision de création d'un site est prise par l'IA en accord avec le recteur.
Les modalités de l'organisation de l'enseignement sont précisées dans le projet d'école qui est soumis à la validation de l'IA.
Deux formes de classes peuvent être mises en oeuvre : un enseignant assure la totalité des enseignements, ou 2 enseignants se partagent le temps d'enseignement. La période minimale des enseignements en français et en langue régionale est fondée sur la demi-journée.

Sections internationales à l'école primaire

Code Education D.421-131 à D.421-143

Des sections internationales scolarisant des élèves français et étrangers peuvent être créées par le ministère, pour permettre de faciliter l'intégration et l'accueil d'élèves étrangers dans le système éducatif français et de former les élèves français à la pratique approfondie d'une langue étrangère, en particulier par l'utilisation de cette langue dans certaines disciplines. L'ensemble des disciplines peuvent être concernées à la condition de respecter les horaires minimaux de chaque domaine.

L'enseignement est assuré par des enseignants français et des enseignants étrangers mis à disposition par les pays étrangers intéressés ou recrutés par des associations agréées. La nomination des enseignants étrangers relève de la compétence du ministère.

Dans chaque établissement est institué un conseil de section internationale présidé par le directeur d'école, et comprenant les enseignants, 3 parents élus, un représentant de la commune et 2 personnes désignées par le recteur. Un conseil académique des sections internationales peut être institué auprès du recteur et à son initiative.

Les sections internationales sont réparties sur 19 académies ; les langues concernées sont : allemand, américain, anglais, arabe, brésilien, chinois, danois, espagnol, italien, japonais, néerlandais, norvégien, polonais, portugais, russe et suédois.

Mis à jour le 05-07-2017Imprimer