Devenir formateur du premier degré

Mis à jour le 05-07-2017Imprimer

Certificat d'aptitude aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur (CAFIPEMF)

D. 85-88 du 22/01/1985 A. du 20/07/2015 C. 2015-109 du 21/07/2015 Le certificat d'aptitude aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur (CAFIPEMF) est exigé des candidats aux fonctions comportant des activités d'animation, de recherche et de formation dans le cadre de la formation initiale et continue des instituteurs ou des professeurs des écoles.

Le CAFIPEMF est délivré à l'issue d'un examen ouvert aux instituteurs et aux professeurs des écoles titulaires justifiant, au 31 décembre de l'année de l'examen, d'au moins cinq années de service dans une classe où les instituteurs et les professeurs des écoles ont vocation à exercer.

Il se prépare en deux ans selon un calendrier rectoral et comprend une épreuve d'admissibilité et deux épreuves d'admission. Les candidats font connaître, au moment de leur inscription, l'option éventuellement choisie parmi :

  • arts visuels ;
  • éducation physique et sportive ;
  • éducation musicale ;
  • enseignement en maternelle ;
  • langues et cultures régionales ;
  • langues vivantes étrangères ;
  • enseignement et numérique.

Les titulaires du CAFIPEMF sans option de spécialisation ont vocation à exercer en tant que conseillers pédagogiques de circonscription généralistes ou en tant que maîtres formateurs. Un certificat d'aptitude spécialisé est nécessaire pour les autres catégories de fonctions comportant une spécialisation.

Les enseignants titulaires d'un CAFIPEMF spécialisé peuvent, le cas échéant, postuler sur des postes à vocation généraliste de conseillers pédagogiques ou de maîtres formateurs.

Le jury du CAFIPEMF

Pour chaque candidat, le jury, présidé par le recteur ou par son représentant, est composé de : a) un inspecteur de l'éducation nationale du premier degré ; b) un conseiller pédagogique ; c) un maître formateur ; d) un inspecteur d'académie - inspecteur pédagogique régional.

Deux examinateurs qualifiés sont adjoints au jury pour l'épreuve de pratique professionnelle : - un inspecteur de l'éducation nationale du premier degré, chargé d'une circonscription ; - un enseignant de l'école supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) proposé par le directeur de celle-ci. Les membres du jury sont nommés par le recteur. En cas de défaillance ou d'indisponibilité d'un membre du jury avant le début des épreuves, il peut désigner un nouveau membre du jury.

La composition du jury tient compte de l'option éventuellement choisie par le candidat.

L'épreuve d'admissibilité

Cette épreuve consiste en un entretien avec le jury, sous la forme d'un exposé de 15 minutes suivi d'un échange de 30 minutes.

L'entretien s'appuie sur un dossier fourni par le candidat lequel comprend un rapport d'activité (5 pages maximum hors annexes) et le(s) rapport(s) d'inspection.

Après les entretiens, le jury dresse la liste des candidats autorisés à se présenter aux épreuves d'admission par ordre alphabétique et transmet, à la demande des candidats, la grille d'évaluation renseignée.

Le candidat admissible entre dans un cursus de certification accompagné dans le cadre du plan académique de formation. Il est associé à l'accompagnement d'un étudiant inscrit en master « métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation », d'un fonctionnaire stagiaire, ou à l'animation d'action de formation, auprès d'un maître formateur référent ou d'un conseiller pédagogique référent. Il se forme progressivement en participant au travail collaboratif entre tuteurs et en accédant aux ressources et aux formations spécifiques proposées en académie, et le cas échéant par l'ESPE.

Les épreuves d'admission

L'admission comporte deux épreuves :

a) une épreuve de pratique professionnelle suivie d'un entretien

Les candidats ayant choisi une certification avec option présentent obligatoirement l'épreuve de pratique professionnelle dans le cadre de l'option choisie.

L'épreuve consiste, au choix du candidat et avant la fin décembre, soit en une analyse de séance d'enseignement (observation d'une séance d'enseignement, puis entretien), soit en l'animation d'une action de formation (animation d'un groupe d'enseignants en formation initiale ou continue, puis entretien).

Dans les deux cas, l'épreuve se déroule en présence des deux examinateurs qualifiés, adjoints au jury.

b) la soutenance d'un mémoire professionnel

La date de remise du mémoire professionnel, dont le sujet relève de l'initiative du candidat, est fixée par le recteur.

Ce mémoire, de 20 à 30 pages hors annexes, est un travail de réflexion personnelle portant sur une problématique d'accompagnement ou de formation (étude de situation centrée sur une question professionnelle articulant savoirs et expériences).

La durée de la soutenance est de 45 minutes, dont 30 minutes d'entretien.

L'obtention du CAFIPEMF

A l'issue des épreuves d'admission, le jury dresse la liste des candidats admis par ordre alphabétique.

Sont déclarés admis les candidats ayant obtenu pour l'ensemble des épreuves un total de points égal ou supérieur à douze points sur vingt et la moyenne dans chacun des domaines de compétences évalués, suivant la grille d'évaluation critériée et le référentiel de compétences annexés.

Les candidats admissibles et qui n'ont pas été admis, conservent le bénéfice de leur admissibilité pour deux nouvelles sessions d'examen sur une période de quatre années après la fin de la session où ils ont été déclarés admissibles, y compris en cas de changement d'académie et peuvent se présenter deux fois aux seules épreuves d'admission.

Le recteur délivre le certificat d'aptitude aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur qui porte mention de l'option éventuellement choisie.

Changement d'option du CAFIPEMF

Les titulaires du CAFIPEMF peuvent changer d'option en se présentant de nouveau aux épreuves d'admission dans le cadre de l'option choisie.

Les maîtres formateurs

D. 2008-775 du 30/07/2008 art. 4 C. 2010-104 du 13/07/2010 Les enseignants du premier degré titulaires du certificat d'aptitude aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur peuvent, avec leur accord, exercer la fonction de maître formateur. Les maîtres formateurs participent à la formation initiale des enseignants stagiaires et des étudiants se destinant au métier de l'enseignement dans les établissements d'enseignement supérieur en charge de leur formation. Ils participent à la prise en charge du tutorat des enseignants stagiaires du premier degré et des étudiants se destinant au métier de l'enseignement. Ils contribuent également à la formation continue des personnels enseignants du premier degré.

Obligations de service des maîtres formateurs

D. 2008-775 du 30/07/2008 A. du 28/07/2015 Les enseignants du premier degré exerçant la fonction de maître formateur bénéficient d'un allègement d'un quart à un tiers de leur service hebdomadaire d'enseignement sur les 24 heures d'enseignement hebdomadaire et d'un allègement de deux heures hebdomadaires en moyenne annuelle du service de 108 heures.

L'allègement de service tient compte du volume horaire de la formation initiale et continue, du nombre de maîtres formateurs exerçant dans l'académie et du nombre de stagiaires affectés dans l'académie.L'allègement prend également en compte leur contribution à la définition des contenus d'enseignement de la formation initiale du stagiaire, à la préparation et l'animation de séquences d'enseignement dans le cadre de la formation initiale, à l'élaboration des programmes et ressources pédagogiques de la formation continue et à la préparation et l'animation d'actions de formation continue.

Pour l'année scolaire 2015/2016, cet allègement est fixé de manière dérogatoire à un quart.

Les conditions et modalités de détermination de ces allègements, en fonction du volume et des conditions d'exercice des activités confiées aux enseignants nommés pour exercer la fonction de maître formateur, sont fixées par le ministre et arrêtées par le recteur pour chaque maître formateur.

Rémunération des maîtres formateurs

a) Indemnité de fonctions aux instituteurs et professeurs des écoles maîtres formateurs (IFIPEMF)

D. 2014-1016 du 08/09/2014 A. du 08/09/2014 Cette indemnité de fonctions de 1250 ? annuels est allouée aux instituteurs et professeurs des écoles maîtres formateurs chargés du tutorat des professeurs des écoles stagiaires (elle peut également être versée aux enseignants du premier degré chargés du tutorat d'un PE stagiaire). L'indemnité est suspendue à compter du remplacement ou de l'intérim dans la fonction et est versée au remplaçant éventuel.

b) Indemnité de fonctions particulières à certains professeurs des écoles

D. 91-236 du 28/02/1991

Cette indemnité est versée aux professeurs des écoles titulaires du CAFIPEMF exerçant leurs fonctions sur tout poste ou emploi requérant une telle qualification. Elle ne peut se cumuler avec une NBI.

Les conseillers pédagogiques

C. 2015-114 du 21/07/2015

Le conseiller pédagogique est un enseignant du premier degré dont l'expertise pédagogique dans tous les domaines d'enseignement de l'école primaire est reconnue et validée par le certificat d'aptitude aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur (CAFIPEMF). Il peut en outre disposer d'une compétence spécifique dans un niveau ou un domaine d'enseignement, attestée par une option du CAFIPEMF (éducation physique et sportive, langues vivantes étrangères, langues et cultures régionales, éducation musicale, arts visuels, enseignement en maternelle, enseignement et numérique).

Les missions du conseiller pédagogique du premier degré sont principalement d'ordre pédagogique. Elles s'exercent dans trois champs d'action articulés : l'accompagnement pédagogique des maîtres et des équipes d'école, la formation initiale et continue des enseignants et la mise en oeuvre de la politique éducative.

Conseiller pédagogique exerçant en circonscription (CPC)

Membre de l'équipe de circonscription, le conseiller pédagogique est un formateur polyvalent qui exerce ses fonctions sous l'autorité de l'inspecteur de l'éducation nationale chargé de la circonscription, dont il est le collaborateur direct. Son action s'inscrit dans le cadre du programme de travail de la circonscription arrêté par l'inspecteur chargé de la circonscription, dont il reçoit une lettre de mission.

Conseiller pédagogique de circonscription pour l'éducation physique et sportive (CPC-EPS)

NS 83-509 du 13/12/1983

Le conseiller pédagogique de circonscription participe notamment à la définition des projets d'école, à l'organisation de rencontres, à la réalisation de plannings d'utilisation d'installations, à la mise en place de stages d'écoles définis dans le plan de formation, favorise les liaisons avec les collectivités territoriales, le conseiller pédagogique départemental, l'union sportive de l'enseignement du premier degré (USEP).

Conseiller pédagogique exerçant une mission départementale (CPD)

NS 83-509 du 13/12/1983

Le conseiller pédagogique qui exerce une mission départementale inscrit son action dans le cadre de la polyvalence de l'enseignement du premier degré mais ses actions se concentrent sur un domaine d'enseignement pour lequel il possède une qualification reconnue par une option du CAFIPEMF.

Conseillers pédagogiques départementaux en EPS

NS 83-509 du 13/12/1983

Animateur et formateur, le conseiller pédagogique départemental, placé au niveau de la direction académique, participe à l'élaboration du plan d'action départemental pour la promotion de l'éducation physique et sportive à l'école. Il coordonne les actions engagées, en liaison avec les inspecteurs de circonscription et avec l'USEP, assure l'information nécessaire des conseillers pédagogiques de circonscription, favorise la mise en oeuvre des projets départementaux et suscite les conditions de l'innovation, de la recherche pédagogique et de la formation.

Obligations de service des conseillers pédagogiques

D. 2008-775 du 30/07/2008 art. 5

C. 2015-114 du 21/07/2015

Les enseignants exerçant la fonction de conseiller pédagogique sont totalement déchargés du service de 24 heures d'enseignement hebdomadaires et des 108 heures annualisées.

L'organisation de leur service fait l'objet, de la part des IEN de circonscription ou de l'IA-Dasen selon leur niveau d'intervention, d'une programmation équilibrée des différentes activités dont ils sont chargés et d'une répartition de leur charge de travail au long de l'année scolaire.

Leur service se répartit principalement sur les 36 semaines de l'année scolaire.

Rémunération des conseillers pédagogiques
  • Conseillers pédagogiques de circonscription

D. 2014-1019 du 08/09/2014

A. du 08/09/2014

C. 94-243 du 05/10/1994

Les CPC bénéficient de l'attribution d'une NBI de 27 points, non cumulable avec le versement de l'indemnité de fonctions particulières.

Ils perçoivent également l'indemnité de fonctions au bénéfice des conseillers pédagogiques du premier degré, d'un montant annuel de 1000 ?, créée à compter du 1er septembre 2014. Cette indemnité est liée à l'exercice effectif des fonctions y ouvrant droit et versée au remplaçant éventuel à compter du remplacement ou de l'intérim.

  • Instituteurs maîtres formateurs auprès des IEN

D. 74-388 du 08/05/1974

Ils sont assimilés, du point de vue de leur rémunération, aux directeurs d'écoles annexes classés dans le 2ème groupe du décret.

A ce titre, ils perçoivent une bonification indiciaire de 26 points auxquels s'ajoutent les 16 points de formateur. Ils bénéficient donc d'une double majoration, d'un total de 42 points, soumise à retenue et entrant dans le calcul de la retraite.

  • Conseillers pédagogiques départementaux pour l'EPS

D. 2014-1019 du 08/09/2014 A. du 08/09/2014

Les enseignants des premier et second degrés chargés des fonctions de conseiller pédagogique départemental pour l'éducation physique et sportive perçoivent une indemnité de fonctions particulières.

Le montant annuel de cette indemnité est fixé par arrêté à 2500 ? depuis le 1er septembre 2014.

Cette indemnité est versée mensuellement, par dixième, de septembre à juin.

Voir Traitement et indemnités.

Tutorat des étudiants se destinant aux métiers enseignant et d'éducation

D. 2014-1016 du 08/09/2014 D. 2014-1020 du 08/09/2014

Les personnels enseignants accueillant des étudiants en SOPA (stage d'observation et de pratique accompagnée) perçoivent une indemnité.

Voir Traitement et indemnités.

Mis à jour le 05-07-2017Imprimer