1 Maladies

Mis à jour le 05-07-2017Imprimer

Maladies avec éviction

A. du 03/05/1989

Les périodes durant lesquelles un enfant peut ou ne peut pas accéder à l'établissement pour raisons médicales sont fixées par arrêté :

  • coqueluche : éviction du malade 30 jours à compter du début de la maladie ;
  • diphtérie : éviction du malade 30 jours jusqu'à guérison clinique sauf si 2 prélèvements à 8 jours d'intervalle sont négatifs ; vaccination pour les sujets au contact ;
  • dysenterie : éviction du malade jusqu'à guérison clinique ;
  • méningite à méningocoque : éviction jusqu'à guérison clinique ;
  • poliomyélite : éviction du malade jusqu'à ce qu'on ne trouve plus de virus ; vaccination pour les sujets au contact ;
  • rougeole, oreillons, rubéole : éviction du malade jusqu'à guérison clinique ; vaccination recommandée pour les sujets au contact ; éviction si le test sérologique est négatif pour les femmes enceintes de moins de 4 mois ;
  • streptocoque : éviction du malade jusqu'à production d'un certificat de traitement ;
  • teigne : éviction du malade jusqu'à disparition de l'agent pathogène ; dépistage pour les sujets au contact ;
  • tuberculose : éviction du malade jusqu'à obtention de test d'expectoration négatif ; dépistage pour les sujets au contact ;
  • typhoïde et paratyphoïde : éviction du malade jusqu'à guérison clinique.
Pandémie grippale

C. 2008-021 du 08/01/2008C. 2008-162 du 10/12/2008

Le risque de pandémie grippale, risque majeur, a conduit à prévoir un plan d'ensemble. Celui-ci est structuré en actions de préparation à effectuer en phase de prépandémie, de pandémie et en sortie de pandémie. Du point de vue des contenus, il prévoit, entre autres choses, des dispositifs d'information et de formation à l'adresse de tous les publics ayant affaire au service d'enseignement (règles d'hygiène collective et individuelle à appliquer pour se protéger des infections respiratoires, procédures et actions nécessaires pour la fermeture puis la réouverture des établissements pendant et après la pandémie). Il prévoit également la mise en place de dispositifs destinés à apporter une aide psychologique adaptée aux circonstances, les dispositions à prendre afin d'assurer la continuité du service public et les mesures de gestion et de sortie de crise. Le plan est appelé à évoluer au fur et à mesure que les recherches et l'expérience apporteront des éléments nouveaux qu'il conviendra de prendre en compte afin d'assurer une efficacité optimale.

Deux points particulièrement importants sont à souligner pour une mise en oeuvre efficace du plan de prévention et lutte :

  • quels que soient les actions et dispositifs prévus dans le plan, la réussite de la mise en oeuvre est bien sûr une affaire collective ;
  • la désorganisation induite par la durée d'une pandémie oblige l'éducation nationale à élaborer un plan de continuité.
Lutte contre les poux

C. 77-050 du 07/02/1977

La lutte contre ces parasites relève de la compétence du ministère de la Santé. Cependant aucune action sérieuse ne peut être entreprise sans la participation des familles. Une note écrite peut être élaborée dans chaque école, y compris avec la collaboration des parents d'élèves. On peut convenir de la diffuser chaque fois que des parasites sont signalés dans une classe de façon à ce que les familles puissent alors administrer un traitement à leurs enfants, y compris à titre préventif. Il n'y a pas d'éviction possible.

Mis à jour le 05-07-2017Imprimer